« Et maintenant, on mange quoi ? »

  • Que pouvons-nous véritablement manger sans compromettre notre santé ?
  • Que nous cachent les industriels ? 
  • Sommes-nous condamnés à la malbouffe ?
Toutes ces questions se posent de plus en plus aujourd'hui.
Le livre de Christophe Brusset va nous aider à y répondre ! 

Christophe Brusset, ancien ingénieur de l’agroalimentaire, a écrit un premier livre en 2015 « Vous êtes fous d’avaler ça ! » qui a connu un grand succès. Ce premier livre au grand sens de l’humour, raconte les secrets les plus cachés de l’industrie agroalimentaire et il y a de quoi avoir peur… Il y dénonce la « junk food » ou encore le « food business » et les pratiques des grands groupes qui menacent la santé publique. Je vous le conseille fortement il est important de savoir la vérité et de ne plus se faire berner…

Après ce premier succès vendu à plus de 600 000 exemplaires, il s’est lancé dans la rédaction d’un second livre « Et maintenant, on mange quoi ? » dont je vais vous faire part. Il s’agit là aussi d’un « guide de survie » pour lutter contre la malbouffe et d’éviter les arnaques.

Cette boussole pour manger sain sans se ruiner et survivre dans la jungle de la malbouffe s’appelle Et maintenant, on mange quoi ?

Avant-propos, Christophe Brusset.

Je vous ai donc fait un résumé du guide à suivre selon Christophe Brusset. Vous y retrouverez plusieurs rubriques :

  • Les produits frais
  • Les surgelés
  • L’épicerie
  • Le petit-déjeuner
  • Les boissons
  • Le rayon santé/diététique

Commençons par les produits frais…

Les fruits et les légumes.

Le principal danger qu’on ne voit pas : les pesticides et polluants divers comme les dioxines et métaux lourds.

  • Plus de 6% des fruits et légumes dans nos supermarchés dépassent les taux maximums autorisés en résidus de pesticides. Ils sont impropres à la consommation, ils devraient être jetés.
  • On retrouve des résidus de pesticides dans plus de la moitié de nos fruits et légumes (56%)
  • 1,9% contiennent des pesticides interdits en France car reconnus comme trop dangereux

Solution : Pour éviter de consommer ces poisons il faut se tourner vers les produits biologiques (cf vrai ou faux bio en fin d’article) ainsi que les fruits et légumes locaux de saison. Et franchement, concernant les fruits et légumes, le bio restent accessibles ! C’est parfois même moins cher que dans des supermarchés tels que Monop’, Monoprix etc.

Les fruits issus de l’agriculture conventionnelle à bannir le plus :

  • Raisins
  • Mandarines
  • Cerises
  • Fraises
  • Pêches
  • Pomme !! 4 pommes sur 5 contaminées

Le rapport sur les pesticides de Générations Futures de février 2018 montre que pour ces fruits 85% des lots vendus sont contaminés en pesticides et à 80% pour les fraises, pêches et pommes ! Kiwis, prunes sont moins contaminés autour de 30% et bananes à 57%.

Ce qui est certain : n’utilisez jamais la peau des fruits, notamment des agrumes (zestes de citron etc.) car des cires et des pesticides y sont appliqués pendant et après la récolte pour leur conservation.

Les légumes issus de l’agriculture conventionnelle à bannir le plus :

  • Céleri-branche (85% contaminé)
  • Herbes fraiches et endives (+ de 70%)
  • Laitues (+ de 65%)
  • Tomate (50%)

Pour plus de renseignement consulter le rapport de Générations Futures en cliquant ici .

En réalité, il existe plusieurs types d’agriculture : l’agriculture conventionnelle qui devrait déjà respecter les normes actuelles, l’agriculture raisonnée qui est déjà mieux mais promue par le FARRE (Forum des agriculteurs responsables respectueux de l’environnement) avec comme membres actifs : Monsanto, Dow, BASF, Bayer etc. Cette agriculture « raisonnée » autorise donc un usage d’intrants chimiques on sait bien évidemment pourquoi…Et enfin l’agriculture biologique la mieux ou la « moins pire ».

Boucherie et charcuterie

Pour commencer fort : une étude récente de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a belle et bien montré que la consommation de viande rouge et de charcuterie augmentait la survenue de certains cancers (cancers colorectal par ex).

Ceux qui consomment plus de 100g de viande par jour voient leur risque de développer un cancer augmenter de 30% par rapport à ceux qui en mange moins de 20g. Le pire c’est la viande au barbecue… (triste) !

Mangez donc moins de viande ! Ce sera bon tant pour votre santé que pour la planète car n’oublions pas que l’élevage est le premier émetteur de CO2. Préférez d’ailleurs les volailles qui ont un bilan carbone bien meilleur que le boeuf ou l’agneau.

Solution : si vous voulez quand même continuer à un manger un peu de viande privilégiez la qualité ! Et Europe vous serez bien servi : hormones de croissance interdites, OGM aussi et désinfection au chlore (ou autre produit chimique) n’est pas autorisée. Préférez le bio, les Label Rouge et origines traditionnelles garanties.

Il faut surtout bannir l’élevage industriel notamment élevés en batteries pour le bien être des animaux mais aussi de votre santé !

Pour finir : ZOOM SUR LE JAMBON INDUSTRIEL

Voulez-vous savoir comment votre jambon est fabriqué ?

  • 1ère étape : réception des jambons dans de grosses caisses plastiques, des petits jambons s’étonnait Christophe Brusset lors de ces années de métier car en effet, ils vont être gonflés avec une substance pas très sûre…
  • 2ème étape : on retire la couenne et le gras pour la remettre après cuisson en couche plus régulière
  • 3ème étape : gonflement des jambons au saumure à l’aide de pistolet avec des grandes aiguilles ainsi que des tapis d’aiguilles. Les jambons doublent de volume ! Dans cette saumure on y retrouve : eau (25% d’eau rajouté), sel, sucre, nitrites.

Que sont les nitrites ? : c’est un conservateur qui permet aussi de rendre le jambon rose ! Et oui, sans ces nitrites le jambon serait de couleur naturelle c’est-à-dire gris ou brunâtre.

  • 4ème étape : pour les 1er prix les industriels rajoutent des polyphosphates + gélatine pour retenir l’eau. Des antioxydants (conservateur) comme l’ascorbate, l’erythorbate, glutamate (exhausteur de goût) et aromes
  • 5 ème étape : on prend la viande de la cuisse de porc sans la peau, la graisse et les os, avec le bouillon pour en faire une pâte. Cette pâte qualifiée de pâte « Malabar » selon Brusset est ensuite versée dans des bacs et pompée dans des moules de diverses tailles.
  • 6ème étape : on remet le gras et la couenne ! Concernant le jambon fumé il ne s’agit que de l’arôme « fumée liquide ».

On paye moins cher les premiers prix mais on paye pour de l’eau, des additifs, plus de gras, des morceaux fibreux, de la peau et autres morceaux suspects…à réfléchir !

De plus, faites attention ! Les fabricants ont des astuces pour enlever les nitrites de leur liste d’ingrédients. Ils les remplacent par « extraits végétaux naturellement riches en nitrate » … et oui on se fait vite duper ! Donc attention au jambon « sans nitrites ajoutés ».

Prochainement dans plusieurs articles vous retrouverez la suite de ce guide rayon produits frais (boulangerie, poissonnerie, fromages, beurre, yaourt, salades, pizzas, sandwichs) et d’autres rayons complémentaires :

  • Les surgelés
  • L’épicerie
  • Le petit-déjeuner
  • Les boissons
  • Le rayon santé/diététique

Enfin un dernier article traitera du fast-food et du bio : comment s’y retrouver ?

Une réflexion sur “« Et maintenant, on mange quoi ? »

Répondre à gaelleH. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s