Débuter en permaculture -Permaculture, agroécologie, quésaco ? 🌿

Photo de Karolina Grabowska

Le terme « permaculture » est apparu en Australie en 1970. Ses créateurs, Bill Mollison et David Holmgren ont co-écrit son ouvrage fondateur « Perma-culture 1 » dans lequel ils définissent la permaculture comme étant :

« Un système intégré et évolutif d’espèces animales et végétales pérennes utiles à l’homme »

« Permaculture 1 », Bille Mollison & David Holmgren, 1978.

L’apparition de ce terme s’inscrit dans un nouveau courant politique qui apparaît dans les années 60 ; le mouvement de la contre-culture nord américaine et de la naissance de l’écologie politique. En effet, c’est à partir de cette période que l’on a commencé à se rendre compte de la catastrophe écologique, de la surconsommation, de l’individualisme consumériste, du développement inégal, de l’impérialisme.. tant de problématiques encore d’actualité. Et la permaculture est l’exact contre-pied de ces logiques !

« Les générations à venir nous reprocherons probablement de ne pas nous être souciés davantage du sort futur du monde naturel, duquel dépend toute vie. »

« Printemps silencieux », Rachel Carson, 1962.

La permaculture est une « boîte à outils intelligents qui permet de créer des modes de vie respectueux de la Terre comme de ses habitants » la Ferme biologique du Bec Hellouin. Elle permet de relier l’homme à la nature, de remettre la main humaine au coeur du processus agricole et de redonner à la Terre son véritable rôle : notre mère nature 🌎

Elle est le contraire du courant dominant contemporain qui fragilise notre biosphère. Elle créé des espaces cultivés vivants, réalise des tâches que les machines ne peuvent désormais plus réaliser, soigne ses sols et ses plantes en associant et en densifiant les cultures mais surtout, elle créé un mode de vie respectueux de la planète.

Grâce à la permacuture, on respecte la Terre, et en respectant la Terre, la nature redevient généreuse et produit en surabondance, ce qui nous permet de produire davantage sur moins d’espace. Car en effet, lorsque l’on se reconnecte à la Terre, on se relie à tout ce qui fait la vie des hommes : l’alimentation, la santé, l’emploi, l’économie, l’art de vivre ensemble, l’émotion, notre présence au monde, notre rapport à la vie… on est en harmonie avec la planète.

Mais alors quelle différence avec l’agroécologie ? 🤔

Photo de Karolina Grabowska

L’agroécologie quant à elle, est une approche de l’agriculture qui intègre des considérations écologiques et sociales afin de subvenir aux besoins alimentaires des communautés humaines, et tout ça, dans le respect de la nature et des agriculteurs.

« L’agroécologie est une technique inspirée des lois de la nature. Elle considère que la pratique agricole ne doit pas se cantonner à une technique, mais envisager l’ensemble du milieu dans lequel elle s’inscrit avec une véritable écologie. Elle intègre la dimension de la gestion de l’eau, du reboisement, de la lutte contre l’érosion, de la biodiversité, du réchauffement climatique, du système économique et social, de la relation de l’humain avec son environnement… Elle est basée sur la recréation de l’humus comme force régénératrice des sols et sur la relocalisation de la production-transformation-distribution-consommation comme élément moteur d’un nouveau paradigme social. »

« Manifeste pour la Terre et l’Humanisme », Pierre Rabhi.

La permaculture a une approche plus globale que celle de l’agroécologie, elle conçoit des installations écologiques (ferme, entreprise, ville…) à l’aide d’approches vertes issues d’autres disciplines (énergies renouveables, écoconstruction) et intègre donc dans son processus l’agroécologie.

L’agriculture bio inspirée pour nourrir durablement l’humanité 🌱

Photos de Tan Danh

Ces deux pratiques ont beaucoup à apporter, elles permettent de concevoir des écosystèmes très productifs. Un bel exemple est celui de la ferme de la famille Dervaes en Californie : chaque année, cette famille génère 3 tonnes de nourriture, 1 800 oeufs et 200 litres de lait sur un jardin de seulement 360 m2. Leur petite ferme urbaine est un véritable succès, elle permet désormais de nourrir une famille de quatre personnes et génère plus de 40 000 dollars annuels de vente, de quoi faire un bon complément de revenu.

En effet, comme le souligne Pierre-Marie Aubert et Xavier Poux, chercheurs à l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI), nous devons sortir des pesticides et réduire notre impact sur le dérèglement climatique pour atteindre la sécurité alimentaire et protéger notre santé. Or, « l’actuel débat sur l’avenir de l’agriculture est dans l’impasse à cause de l’impossibilité de combiner la hausse de la production agricole avec la réduction de l’impact sur le climat et la biodiversité » explique Pierre-Marie Aubert.

Et il s’agit là d’une véritable impasse puisque selon le Rapport des Nations Unies « la production alimentaire devrait augmenter de 70% à 100% par rapport au niveau actuel d’ici 2050 », ce qui n’est pas étonnant quand on sait que tous les 11 ans la population mondiale gagne désormais 1 milliard d’habitants. Et tout ça, dans un monde où déjà 1 personne sur 8 souffre de la faim.

Mais alors peut-on espérer nourrir l’humanité tout en restaurant la planète ?

C’est ce que veulent prouver les deux chercheurs de l’IDDRI, à l’échelle européenne dans un premier temps. Ils ont imaginé dans un scénario sur dix ans nommé Ten years for agroecology in Europe (Tyfa) afin de réussir la transition agro-écologique en Europe.

« Notre étude montre qu’une Europe agroécologique serait capable de nourrir les Européens en 2050, de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % et de retrouver la biodiversité », affirme Pierre-Marie Aubert.

Ten years for agroecology in Europe, 2018.

Leur scénario commence par un rééquilibrage de l’alimentation des Européens : plus de céréales, de fruits, de légumes, de protéagineux et moins de viande, d’oeufs, poissons et de produits laitiers. Puis, passe par la suppression des pesticides et par l’adoption de pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement : rotation des cultures, usage du fumier pour fertiliser les sols, infrastructures écologiques (haies, mares, arbres etc.).

Ce scénario prend également en compte les effets négatifs, comme la baisse de la production qui est estimée entre 10 à 50%, ce qui diminuera les bénéfices des agriculteurs. Mais cette baisse sera compensée par l’argent économisé en achetant moins d’intrants agricoles. De plus, ce scénario permettrait de préserver les capacités d’exportation pour les céréales, les produits laitiers et le vin tout en réduisant fortement la dépendance envers les importations agricoles.

Pour en savoir plus : nos conseils de lectures 📚

  • Printemps silencieux, Rachel Carson.
  • Manifeste pour la Terre et l’Humanisme, Pierre Rabhi.
  • Permaculture 1, Bille Mollison & David Holmgren.
  • Le génie de la permaculture, Read Steve
  • Vivre avec la terre – méthode de la Ferme du Bec Hellouin, Charles et Perrine Hervé-Gruyer.
  • Ten years for agroecology in Europe, Pierre-Marie Aubert and Xavier Poux.

Se former en permaculture & agroécologie : nos conseils de stages 🌱

  • L’Atelier de permaculture, stages d’un week-end et d’une semaine : créer son jardin en Permaculture, taille, greffes et plantations, initiation à la forge et aux outils
  • Les formations de la Ferme du Bec Hellouin, permaculture humaine & micro-agriculture permaculturelle
  • Les jardins de Brenne, formation consacrée à la création d’une microferme permaculturelle et à l’installation en permaculture,
  • L’Etoile de Kerdréan, l’Etoile de Kerdréan est un éco-lieu dédié à l’accompagnement de personnes en quête de sens, en transition, en besoin de ressourcement. Formations en permaculture, santé, développement personnel.

Formations en ligne : les MOOCs disponibles 📲

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s